Algues

Les Algues..

Pourquoi les algues ? Au Japon, manger des algues comestibles est chose commune, c'est même souvent quotidien et sous diverses formes de conditionnement. Un visiteur oubliera d'ailleurs rapidement qu'il s'agit d'algues tant celles-ci se confondent avec l'alimentation générale. La consommation annuelle d'algues sèches y est estimée entre 1,5 kg et 2,5 kg par personne ! Pourquoi tant d'engouement pour les algues ? En plus du goût, elles sont de véritables bombes énergétiques naturelles.

En effet, ces "légumes marins" sont des sources incroyables d'éléments vitaux et de protéines. Entre autres, les algues sont très riches en vitamines B1.2.6.9.12, C, D, Z, E, en minéraux et oligo-éléments. Or, les algues ne se limitent pas aux feuilles nori dans les makis japonais ! Tanguy et Hélène vendent au total 6 types d'algues : la laitue de mer, l'aonori, le nori, le wakamé, le chondus crispus et les fucus. Chaque algue possède des propriétés particulières, mais aussi des saveurs singulières. Au-delà de leurs avantages en termes nutritionnels, elles ouvrent un grand éventail de nouvelles saveurs culinaires, que le couple n'hésite pas à mettre en avant et expliquer à leurs acheteurs. Ces végétaux marins ont un champ d'action écologique très vaste. En effet, quand on évoque les forêts comme source d'absorption du carbone émis par notre planète, on oublie bien souvent de penser aux forêts aquatiques. C'est la combinaison des forêts terrestres ET aquatiques qui régule la quantité de carbone présente dans l'air. Or, les algues ont bien d'autres atouts supplémentaires ! Elles constituent la base de toute la chaîne alimentaire marine, en nourrissant la microfaune, et servent d'abri et de nurseries pour de nombreuses espèces de l'écosystème marin (poissons, crabes, crevettes, homards, entre autres). Aussi, en peuplant les eaux peu profondes du littoral, les algues permettent de lutter contre l'érosion des plages puisqu'elles amortissent les vagues lors des gros coups de vent ou des tempêtes. La consommation d'algues est, depuis des millénaires, une tradition ancrée en Asie. Cultiver des algues alimentaires a non seulement des avantages nutritifs, mais aussi des effets positifs sur l'écosystème marin. Or, cette activité n'est que peu développée en France... où il n'est pas vraiment commun d'ajouter des algues dans son assiette. Hélène Jouannet et Tanguy Gauvin, seuls « algoculteurs » de Charente Maritime et conscients de tous les bienfaits des algues, ont décidé de renverser cette tendance en France. Découverte.

Les algues sont les uniques ressources alimentaires à avoir un impact neutre. Contrairement à la pêche, dont l'impact écologique est considérable, la culture et la récolte de certaines espèces d'algues dans leur milieu sauvage est respectueuse de l'écosystème marin. Et, en plus d'être saine pour l'environnement, l'activité développée par le couple d'algoculteurs a des conséquences positives sur l'environnement et met en valeur les bienfaits nutritifs de la consommation d'algues. « Les Algues de l'île de Ré », va avoir pour ambition de redynamiser les colonies d'algues endémiques du littoral de l'Ile de Ré et de sensibiliser le public aux bienfaits des algues autant sur le plan écologique qu'alimentaire. Leur motivation au quotidien se résume ainsi : « L'océan est notre avenir, protégeons le ensemble ».

Les champignons

Les champignons...Ni animaux ni végétaux, les champignons constituent un règne à part dans la biodiversité de la planète. Malheureusement méconnus, une étude plus approfondie de leurs vertus peut faire émerger des solutions pour répondre aux maux que connaît notre planète.

Les champignons comme solution à la pollution, aux pesticides ou au recyclage

Paul Stamets est un expert en matière de champignons : il les a étudiés toute sa vie et résume ses découvertes dans une conférence TED (Technology, Entertainment and Design), vue plus de 3,6 millions de fois : « six manières de changer le monde avec des champignons ». Paul Stamets rappelle que les champignons font partie des organismes les plus anciens sur Terre, qu'ils sont capables de vivre des milliers d'années et qu'ils ont résisté à des catastrophes majeures, comme les impacts d'astéroïdes. Ils contribuent à créer la vie des sols en produisant l'humus.

Les champignons dépolluent les sols

Paul Stamets présente une expérience réalisée avec des tas de terre saturés de diesel et autres déchets pétroliers. Le mycélium, « racine » des champignons, absorbe le pétrole et détruit ses composés chimiques. Le tas traité avec du mycélium est dépollué six semaines plus tard, détruisant les hydrocarbures et recréant un écosystème à partir des champignons.

Cette technique s'appelle la bioremédiation, qui consiste à utiliser des micro-organismes pour dépolluer. On a combattu la marée noire de l'Exxon Valdez en Alaska ou celle du Prestige en Espagne en utilisant la bioremédiation. Les champignons peuvent également parvenir à détruire l'amiante.

Les champignons pour recycler le plastique

De la même manière, des chercheurs ont découvert un champignon amazonien capable de recycler le plastique. En effet, ce champignon casse les chaînes de polyuréthane qui constituent le plastique et le rend donc biodégradable.

Même s'il faudra une vingtaine d'années avant d'utiliser cette découverte et d'en faire un usage industriel, cette découverte pourrait bouleverser la chaîne du recyclage et nous permettre de nous débarrasser du plastique qui envahit les sols et les eaux.

Les champignons, carburant du futur

On le sait, les biocarburants ne sont pas la panacée pour remplacer l'essence : ils sont particulièrement gourmands en ressources et en terres agricoles. Ce désagrément pourrait être évité grâce à un champignon : le Trichoderma reesei qui a la particularité de transformer la cellulose contenue dans les débris végétaux en sucres, à partir desquels on fait le biocarburant. L'utilisation de champignons pourrait donc grandement faciliter la production de biocarburants à partir de déchets agricoles ou végétaux.

Un champignon tueur d'insectes, pesticide naturel

Paul Stamets a également découvert des champignons tueurs d'insectes, à cause - ou grâce - aux fourmis charpentières qui rongeaient le bois de sa maison. À l'aide d'une manipulation de leurs spores, les champignons attirent les fourmis qui se précipitent pour les manger, avant d'éclore dans les insectes : le problème de l'invasion se trouve réglé en quelques semaines.

Le champignon tueur d'insectes Ophiocordyceps manipule une fourmi ©David P. Hughes

Le scientifique a déposé un brevet qui serait efficace contre 200.000 espèces. Une bonne manière de lutter contre les invasions d'insectes dans les champs par exemple pour éviter l'utilisation de pesticides.

Les champignons pour lutter contre les maladies

Les champignons sont déjà souvent utilisés pour lutter contre certaines maladies : la pénicilline par exemple est un champignon utilisé depuis presque cent ans comme antibiotique.

Le champignon Agaricon, une espèce très ancienne que l'on ne retrouve que dans certaines forêts d'Amérique du Nord, a été étudié par les équipes de Paul Stamets et par le programme américain Bioshields. Il est prouvé qu'il peut lutter efficacement contre la variole ; le champignon Agaricon est également extraordinairement efficace contre le virus de la grippe classique et ses dérivées, H1N1 ou H5N1. On peut donc imaginer le potentiel de l'étude d'autres champignons dans la lutte contre les maladies ou les virus qui attaquent l'Homme.

Paul Stamets conclut sa conférence ainsi : « voici une espèce avec laquelle nous pouvons collaborer. Je pense qu'utiliser le mycélium peut aider à sauver le monde. » Alors tous à vos champignons !

Pourquoi vouloir mettre en avant une alimentation Française ? 

En effet Symbiobox c'est donné comme objectif, de promouvoir au maximum, l'alimentation local ! Aujourd'hui très important a nos yeux nous aimons l'idée de faire connaitre nos producteur Français.

Malheureusement, les champignons et les algues son aujourd'hui encore bien trop sous exploités. Et oui, en France nous consommons que trop peut c'est super aliments, et pourtant de nombreux pays voisin comme les état -uni, le japon( pas très voisin), 


Quel son les freins à la consommation ? 

Pour les Algues..

Les freins à la consommation identifiés au cours de l'enquête nationale sur les algues alimentaires ainsi que durant les focus groups peuvent être regroupés en deux composantes : l'accessibilité des produits aux algues et l'appréhension des consommateurs vis-à-vis de ces produits. Les principaux freins relevant de l'accessibilité du produit sont : le manque d'occasion pour consommer des algues, la méconnaissance des produits et l'indisponibilité des produits en magasin. Les principaux freins relevant de l'appréhension sont : la crainte du mauvais goût des algues, une mauvaise image du produit et une appréhension générale à consommer ce genre de produit. Lors de l'analyse des données de l'enquête, on s'aperçoit que la part des raisons relevant de l'accessibilité est bien plus importante que celle relevant de l'appréhension. En effet, l'appréhension vis-à-vis des algues touche une petite partie des consommateurs (19 %), mais 41 % des non consommateurs. L'appréhension du non consommateur est presque deux fois plus importante que pour le consommateur. Le goût et la texture des algues sont bien appréciés par 60 % des consommateurs, ce qui montre que les algues ont un intérêt culinaire important. La population enquêtée ne pense pas que la cuisine aux algues soit réellement compliquée. Ce qui est plus délicat est la première approche des algues, identifier où acheter les produits, comment les cuisiner, à quoi les associer, comment les conserver... Il parait nécessaire de mettre en place un accompagnement pour cette première expérience de consommation.

Pour les champignons..

Texte sur les champignons..